Nous invitons les personnes intéressées par le Handpan à prendre en considération certains éléments essentiels issus de la recherche et du développement que nous avons menés dans l’élaboration de nos instruments.

La taille de l’instrument : des qualités contradictoires

Nous invitons les personnes intéressées par le Handpan à prendre en considération certains éléments essentiels issus de la recherche et du développement que nous avons menés dans l’élaboration de nos instruments.

La taille de l’instrument est un critère de choix important.

Elle conditionne de multiples paramètres tels que :

  1. 1. Le volume de résonance disponible (Le volume de résonance correspond au volume d’air contenu à l’intérieur de l’instrument.)
  2. 2. Le nombre de notes possibles
  3. 3. L’ergonomie générale, le confort et la facilité de jeu

Concernant les deux premiers paramètres :
Ils augmentent tous les deux avec le diamètre de l’instrument. Plus le diamètre d’un instrument est grand, plus le volume de résonance et le nombre possible de notes seront importants.

Le volume de résonance augmente :

  1. 1.Le volume sonore
  2. 2. Les capacités de projection du son
  3. 3. Les capacités générales de résonance de l’instrument (En terme de durée d’émission (Susten)

Le nombre de notes possible : chaque note nécessite une certaine aire afin de sonner correctement. Plus la tessiture de la note sera grave et plus elle nécessitera une aire importante pour sonner correctement.

En résumé, plus un instrument est construit avec un diamètre important et plus cela facilite sa résonance ; un volume sonore et un nombre de notes importants.
Cependant, un instrument doit avoir une taille raisonnable, sinon le plaisir du jeu s’en trouve considérablement gâché par plusieurs paramètres :

  • Le poids : le poids d’un instrument est fonction exponentielle de son diamètre. C’est pourquoi, si l’on ajoute ne serait-ce que quelques centimètres au diamètre d’un instrument, le poids de ce dernier s’en trouve considérablement augmenté.
    La différence est éloquente en termes de proportion, à titre d’exemple le Endro pèse moins de 3.8 kg pour 50 cm de diamètre. Si l’on ajoute 2,5 cm à son rayon actuel, celui-ci pèserait environ 5 kg.
    Néanmoins, certains pourraient librement penser qu’une différence d’un kilo n’est pas si importante. Et pourtant, tant sur l’aspect du transport que du plaisir de jeu ; la différence de confort sera sensible.
    <br/>
  • L’encombrement : quelques centimètres supplémentaires au diamètre de l’instrument suffisent pour que son encombrement soit sensiblement augmenté. L’ergonomie est altérée, ce qui compromet l’aisance de jeu et donc le plaisir de jouer est diminué.

Il apparaît clairement un paradoxe entre la taille d’un instrument et les qualités qui le constituent. Certaines qualités (Volume sonore, projection du son, résonance, nombre de notes…) sont favorisées par l’augmentation de la taille de l’instrument, alors que d’autres qualités (Poids, encombrement, ergonomie…) sont altérées par ce même paramètre.

Dans le compromis qui oppose ces différentes qualités, nous ne souhaitions faire aucune concession sur d’une part les qualités acoustiques générales et d’autre part sur les qualités de confort et d’ergonomie.

Cette position, nous allons le voir, nous a amené et contraint à compenser certains aspects par le développement de techniques.

La matière première, la tôle

Un instrument de musique est bien souvent la combinaison de deux principes fondamentaux :

  • 1. Une source d’émission de son
  • 2. Une caisse de résonance qui joue le rôle d’amplificateur (C’est le volume de résonance par lequel est amplifié la source d’émission de son)

Le son perçu est le résultat du couplage entre la source d’émission du son et son amplification par la caisse de résonance.
Limiter la taille de l’instrument oblige à limiter le volume de résonance (Puisque nous avons vu que le volume de résonance augmente avec la taille de l’instrument).
Limiter la taille de l’instrument revient donc à limiter les capacités d’amplification du son source.

Si nous souhaitons obtenir des qualités acoustiques identiques à un instrument de plus grande taille alors nous pouvons influer uniquement sur le premier paramètre : la source d’émission du son ; et cela signifie compenser par une source d’émission du son de plus grande intensité.
C’est donc sur cette voie-là que nous nous sommes orientés : trouver un moyen d’augmenter en intensitél’émission du son.
Pour ce faire, nous devions nous interroger sur les facteurs responsables de l’intensité de l’émission du son du handpan.

Il existe principalement trois facteurs possibles pour répondre à cette question :

    1. 1. La taille des notes utilisées : augmenter l’aire de surface d’une note permet, selon certaines conditions (La condition principale est que l’augmentation de l’aire de surface de la note se couple avec une augmentation de l’épaisseur de la tôle utilisée), d’augmenter l’intensité de l’émission du son. Jouer sur ce premier facteur n’était pas une solution pour nous, car nous étions justement dans une logique de taille d’instrument raisonnée pour l’ergonomie et le confort de jeux. Si nous augmentons l’aire de surface de nos notes sans augmenter la taille de notre instrument, cela reviendrait à réduire le nombre de note de chaque instrument.

 

    1. 2. Le type d’accordage : Il existe plusieurs façons d’accorder les notes d’un handpan qui correspondent à chaque fois à une manière de structurer la note. Ces différentes façons ont une influence sur l’intensité de l’émission du son.Cependant, ce paramètre est secondaire car l’accordage reste tributaire des qualités et des propriétés de la tôle. En résumé le type d’accordage permet simplement de mettre ou non en valeur les qualités premières de la tôle utilisé

 

    1. 3.Le type de tôle utilisé : Il existe des centaines de nuances d’aciers différents, selon leurs compositions chimiques et le traitement apporté. Chaque acier a des particularités et des propriétés différentes. Précisément, ce sont les propriétés de la tôle d’acier utilisée pour fabriquer le handpan qui vont déterminer l’intensité de l’émission du son en terme de potentiel de vibration (Equivalent à « module de fréquence »).

Depuis 2012, nous avons beaucoup investi en recherche dans l’objectif de développer une tôle avec de meilleures propriétés d’émission du sonLa tôle devait avoir pour propriété un potentiel de vibration très élevé afin d’accroitre considérablement l’intensité d’émission du son. A l’issue de ces recherches et de multiples essais, nous avons réussis à produire un matériau que nous pourrions qualifier de ‟super-tôle”.

Micrographie de notre tôle x50

Ce résultat très satisfaisant nous a permis de construire tous les Endro de première, deuxième et troisième génération.
En 2016, encouragé par cette première réussite, nous avons poursuivi nos investissements et nos recherches en vue de produire ce que l’on peut qualifier d’une ‟hyper-tôle” !
Nous avons gardé la même base que le traitement initial en l’affinant et le perfectionnant sur différents points. Nous sommes arrivés à la production de cette ‟hyper-tôle” qui est davantage nerveuse avec un potentiel de vibration encore plus élevé.
Le résultat de ce travail est sans équivoque : nous obtenons une tôle spécifiquement conçue pour être sonore et parfaitement adaptée à la conception du handpan.
L’émission du son est d’une très grande intensité.

Ce perfectionnement a été mis au point avec la quatrième génération et est utilisé actuellement pour construire la cinquième génération du Endro.

Grâce aux qualités de cette tôle nous avons réussi à résoudre notre précédent paradoxe :
L’émission du son produite par notre tôle est d’une telle intensité que même avec un instrument de diamètre raisonné, le volume sonore et la projection sont très puissants.
A titre informatif, le Endro a les capacités de rendre un volume moyen de 85 dB mesuré à une distance d’un mètre de l’instrument, ce qui le rend comparativement, comme l’un des handpans les plus sonores que l’on connaisse.

Par la technique de notre accordage et surtout par l’invention de notre propre tôle d’acier, nous avons réussi à associer les différentes qualités antagonistes que sont :

  1. 1. Les qualités de confort et d’ergonomie
  2. 2. Le volume de résonance sonore et de projection.
  3. 3. Le nombre de notes

Nous avons toutefois fait une seule petite concession au profit de la taille modérée de nos instruments : celle de ne pas dépasser le nombre de 9 notes.
Car en effet, il existe maintenant des instruments bien plus gros avec 10 voire parfois 11 notes.
En réalité, cette concession n’en est pas vraiment une : le bénéfice d’une potentielle 10èmee ou 11èmee note nous paraît peu désirable en comparaison des qualités et de l’équilibre déjà obtenus. D’autant plus que ces notes supplémentaires sont le plus souvent des notes montées à l’octave de notes déjà existante sur l’instrument.

Il faut prendre en compte que le handpan est un instrument de musique réalisé sur un mode prédéterminé. Ainsi, ajouter une ou deux notes de plus ne change pas ce caractère.
Et c’est justement l’ergonomie du handpan qui participe grandement à sa force.

C’est pourquoi, un handpan avec une gamme chromatique n’a pour nous rien de désirable, il ne serait de ce fait plus un handpan.

L’esthétique :

« Le Endro est puissant de par son son, doux de par ses courbes, léger de par sa taille ».

Lorsque l’on regarde dans la nature on peut observer à quel point l’efficacité d’une certaine chose est corrélée à son apparence, se traduisant par des lignes (un design) qui lui sont associées.

Par le principe de l’évolution : la spécialisation s’exprime dans la sélection à travers un principe d’efficacité. Ce qui signifie que les lignes sont guidées, en tant ‟qu’expression d’une efficacité”.
Ainsi toute chose à la forme de ce pourquoi elle est faite, et plus elle demandera à être efficace dans un domaine, et plus sa forme lui sera spécifique.

Selon ce principe, si le Endro a des courbes à la fois douce et une cambrure racée c’est le reflet d’une très grande vélocité.

Aussi, nous avons fait le choix de délimiter nos notes par l’action simple du marteau afin d’obtenir une courbe continue entre le pourtour de la note et l’intérieur de celle-ci. Cette manière de construire le handpan est tout bonnement pour nous un gage d’authenticité.

Certains handpans ont le pourtour des notes bien délimité par une arête : c’est bien souvent parce que les notes sont pressées et non façonnées à la main par le travail du marteau.

Délimiter le pourtour de chaque note par de belles courbes demande plus de temps de façonnage et de savoir-faire.

Par contre, lorsque les notes sont pressées, le travail de façonnage et de l’accordage est largement facilité ; il permet de gagner du temps dans la fabrication de l’instrument.

Cependant, lorsque la note est délimitée par une arrête, cela crée une cassure dans la continuité de la coque menant à l’aire de résonance de la note.

Un façonnage authentique au marteau, tout comme le principe d’une voûte, assure une continuité dans la répartition des contraintes : ce qui offre beaucoup plus de nuances dans la manière de faire sonner la note ainsi qu’une meilleure tenue de l’accordage.

Nous estimons que la continuité des courbes permet également de réaliser un type d’accordage qui assure une mise en valeur de l’expressivité de la note ; des notes à la fois sensibles, nerveuses et très toniques.

Enfin pour terminer sur cet aspect, il nous paraît évident que lorsque l’ensemble des courbes qui façonnent l’instrument s’entremêlent les unes aux autres dans une harmonieuse continuité, le résultat est esthétiquement bien supérieur.

Concernant l’apparence générale :

Pour l’habillage esthétique du Endro et pallier aux problèmes de corrosion, nous avons choisi de ne pas apporter un revêtement filmogène (type peinture, vernis etc.).

Sur les générations précédentes nous avions recours à ce qu’on appelle un traitement de brunissage. C’est une oxydation qui teinte joliment le métal d’une couleur noire, mais il nécessitait un entretien pour maintenir son efficacité contre la corrosion.

Désormais, l’apparence du Endro V est grise, elle est due à un traitement de cristallisation de surface beaucoup plus efficace pour résister à la corrosion tout en ajoutant un bel aspect esthétique.

En conclusion, la conception de nos Endro intègre un véritable travail de réflexion et de recherche, l’objectif étant de toujours offrir des instruments de meilleure qualité.

Pour cela, nous avons mené un véritable travail de fond qui a nécessité beaucoup de temps et de ressources. Aujourd’hui, nous possédons l’avantage d’avoir acquis une compréhension plus globale de nos instruments à travers l’invention de notre propre tôle et la maîtrise de nos propre procès de fabrication. Cet aboutissement se traduit par un confort de jeu et la sonorité unique des instruments Endro.

Notes : les particularités citées sont le fruit d’une conception du handpan qui est propre à la société Ederod.
Elles décrivent à la fois notre vision et le travail associé au développement et à la fabrication de nos instruments.
Elles n’ont pas vocation à vouloir s’imposer à d’autres conceptions.
Nous espérons qu’elles vous aideront à comprendre notre engagement, l’investissement déployé et vous donneront l’envie d’essayer l’un de nos instruments.